Conçu et réalisé par Éric Mac Lewis
© ericdentinger.com
2008-2020

SOUNDCLOUD
YOUTUBE

La musique interprétée à la cornemuse écossaise des Highlands relève de deux catégories principales :

- ceòl-mór (gaél. - grande musique) qu'on pourrait décrire comme étant la musique classique de cornemuse : constituée d'un thème principal assorti de multiples variations sur un tempo assez lent, elle est la plus ancienne forme connue de musique pour cornemuse écossaise; en fait jusqu'au début du XIXème siècle ce genre musical autrement nommé pìobaireachd (gaél. pour désigner l'art de jouer de la cornemuse; anglicisé en pibroch), est le seul à être interprété sur la cornemuse des Hautes-Terres.
- ceòl-beag (gaél. - petite musique) : musique légère ou pour la danse; cette musique n'était donc pas jouée à la cornemuse avant le XIXème mais sur d'autres instruments tels que le violon par exemple. Elle constitue désormais l'essentiel du répertoire des pipers actuels sans que ceux-ci - pour une minorité - ne délaissent la grande musique de pìobaireachd.

Les airs suivants (68) appartiennent au répertoire de ceòl-beag et, pour la majorité d'entre eux, au spectacle Scots Wha Hae.
L'origine des partitions que j'ai écrites est variée : notation des interprétations de certains joueurs que j'ai eu l'occasion d'entendre et de rencontrer (comme Fred Morrison par exemple), recueils disponibles à la vente comme les ouvrages de référence que constituent les trois volumes du Scots Guards - Standard Settings Of Pipe Music (Paterson’s Publications), partitions traditionnelles déjà disponibles sur internet. J'ai parfois corrigé ou complété ces documents afin de pallier des erreurs ou oublis manifestes. J'ai aussi lorsque c'était nécessaire proposé des ornements ou des structures sortant quelque peu de la musique instrumentale pour se rapprocher du chant qui offre de précieuses indications pour une interprétation vivante de la mélodie.
Chaque air a fait l’objet de recherches et d’écoutes minutieuses tant du point de vue des notes et des rythmes, de l’expression, des ornements, etc… que de celui du tempo. Ce dernier élément, un peu plus subjectif, est bien sûr lié à mon ressenti de joueur et dépend aussi de l'environnement dans lequel le titre est interprété : le tempo proposé est donc avant tout une base de travail.
Les autres informations relatives à l'air résultent d'un travail de curation visant à compléter la présentation de la mélodie par plusieurs aspects (paroles, origines, etc…); certaines informations relayées peuvent être questionnées, en particulier car ne citant pas - ou insuffisamment - leurs sources : on touche bien sûr aux limites des recherches sur le web et je suis bien sûr très intéressé par toute information fiable permettant de corriger ou de compléter mon propos.
Ces partitions sont mises gratuitement à votre disposition : servez-vous en, diffusez-les autant que vous le souhaitez en n'omettant pas une référence à mon site, pour servir ces musiques autant que je les sers.
Maintenant, choisissez un titre et découvrez la partition de cornemuse écossaise, les paroles de la chanson correspondante, un  extrait audio (édité avec le logiciel CelticPipes), des vidéos, l'histoire de l'air, etc... sachant que vous pouvez sur chaque page revenir à l'index général des airs en cliquant sur le drapeau écossais disposé en haut de la partition.

N.B. s'il vous semble qu'il y a des problèmes de droits d'auteur avec les partitions ou paroles proposées, merci de me le signaler par e-mail afin que j'opère les rectifications nécessaires.


Précisions sur les partitions :
Deux modes de notation coexistent pour transcrire les airs joués à la cornemuse écossaise des Highlands :

1. Mode principal ou écriture écossaise utilisé par tous et sur ce site; les notes de la partition s’entendent un demi-ton au-dessus : lorsque vous jouez le La ou le Ré de la partition vous entendez un Si bémol ou un Mi bémol.
Les partitions se présentent le plus souvent en La ou Ré et vous ne trouverez dans la plupart des cas que deux dièses à l'armure car la gamme écossaise de La est jouée sur un mode mixolydien où le 7ème degré (Sol) est sans altération (au contraire du mode majeur); en son réel, le La bémol remplace le La naturel, ce qui empêche de jouer une gamme complète de Si bémol sur l’instrument.
2. Mode breton (utilisé par les bagadoù); les notes décrivent cette fois le son réel de l’instrument; les partitions se présentent en Mi bémol majeur (3 bémols à la clé), ce qui facilite la lecture lorsqu’on transcrit les pupitres bombarde et cornemuse.

La transcription peut être compliquée par la hauteur de l’instrument : les « chanters » (tuyau ou hautbois sur lequel se joue la mélodie) sont la plupart du temps fabriqués à un diapason très supérieur à la norme 440 - 442 Hz (La); jouer en compagnie d’autres instruments (guitares par exemple) suppose de rallonger artificiellement la longueur de l’anche en la retirant légèrement du puits d'anche du chanter (par l'ajout de fil sur le tube de laiton où sont fixées les lamelles de roseau). Une autre solution est d'utiliser des chanters adaptés dits 440 Hz ou bagad conçus spécifiquement pour ce besoin.
Certaines partitions indiquent un second titre : c'est le cas par exemple lorsque l'air est communément désigné par la chanson qui lui est associée; le deuxième titre indiqué nommera donc la mélodie « instrumentale » reliée à cette chanson.

Éric Mac Lewis - Airs écossais pour cornemuse (ceòl-beag)

English version