Conçu et réalisé par Éric Mac Lewis
© ericdentinger.com
2008-2020

SOUNDCLOUD
YOUTUBE



The Massacre Of Glencoe
- version The Corries -
(Jim McLean - © Duart Music 1963)

Cruel is the snow that sweeps Glencoe
And covers the grave O’ Donald
And cruel was the foe that raped Glencoe
And murdered the house o’ MacDonald


They came in the blizzard we offered them heat
A roof for their heads, dry shoes for their feet
We wined them and dined them, they ate all our meat
And they slept in the house of MacDonald

(chorus)

They came from Fort William with murder in mind
The Campbell had orders King William had signed
It all to them saw these words underlined
And leave none alive called MacDonald

(chorus)

They came in the night when the men were asleep
This band o’ Argylles through snow soft and deep
Like murdering foxes among helpless sheep
They slaughtered the house o’ MacDonald

(chorus)

Some died in their beds at the hand of the foe
Some fled in the night, were lost in the snow
Some lived to accuse them for struck the first blow
But gone was the house of MacDonald

Oh cruel is the snow that sweeps Glencoe
And covers the grave O’ Donald
And cruel was the foe that raped Glencoe
And murdered the house of MacDonald

Cette marche en trois parties a été composée par le Pipe Major Farquhar Beaton du 48th Highlanders of Canada (précédemment nommé 48th Battalion) basé à Toronto. Le colonel Robertson était un membre célèbre de ce régiment auquel Beaton - qui a fait partie de cette unité entre 1900 et 1913 - dédia  ce morceau. Ce dernier est devenu un standard auprès des pipers canadiens mais a logiquement intégré le répertoire écossais.
Jim McLean a certainement participé à cette intégration en utilisant cet air, légèrement remanié et à un tempo plus lent, pour écrire en 1963 une chanson intitulée The Massacre Of Glencoe (voir infra la version de The Corries). Épisode dramatique de l'histoire écossaise dont furent victimes les MacDonalds, il eut lieu le 13 février 1692 et son retentissement a contribué à entretenir la rébellion jacobite jusqu'à son épilogue (1746). Ce même Colonel Robertson a été adapté en lament intitulée Glencoe ou The Massacre (or Ballad) Of Glencoe. Au Canada en particulier, il est d'usage d'interpréter cette complainte juste avant la marche.

NB : le Scots Guards « Standard Settings of Pipe Music - vol.1 - page 93 » dans sa cinquième édition (1965) présente une surprenante erreur de rythme sur toute la partie 3 où l'expression syncopée est absente.

Colonel Robertson

- noté par Éric Mac Lewis sur CelticPipes

Airs écossais pour cornemuse

MARCH

À PROPOS

COMPLÉMENTS