Conçu et réalisé par Éric Mac Lewis
© ericdentinger.com
2008-2020

SOUNDCLOUD
YOUTUBE

- noté par Éric Mac Lewis sur CelticPipes

SLOW AIR

Airs écossais pour cornemuse



Amazing Grace
(version chantée par Elvis Presley)

Amazing grace, how sweet the sound
That saved a wretch like me
I once was lost but now am found
Was blind but now I see

When we've been there ten thousand years
Bright shining as the sun
We've no less days to sing God's praise
Than when, when we've first begun

Through many dangers, toils and snares
I have already come
It is grace that brought me safe thus far
And grace will lead me home

Amazing Grace
How sweet the sound
That saved a wretch like me
I once was lost but now am found
Was blind but now I see
Was blind but now I see



Faith's Review And Expectation
(John Newton)

Amazing grace how sweet the sound
That saved a wretch like me
I once was lost but now am found
Was blind but now I see

'Twas grace that taught my heart to fear
And grace my fears relieved
How precious did that grace appear
The hour I first believed

Through many dangers, toils and snares
I have already come
It is grace that brought me safe thus far
And grace will lead me home

The Lord has promised good to me
His word my hope secures
He will my shield and portion be
As long as life endures

Yes when this flesh and heart shall fail
And mortal life shall cease
I shall possess within the veil
A life of joy and peace

The earth shall soon dissolve like snow
The sun forbear to shine
But God who called me here below
Will be for ever mine

Amazing Grace

1. wikipedia (en français)
2. wikipedia (en anglais)
3. informations historiques (en anglais)

Les paroles sont de John Newton (1725-1807), publiées par Newton et William Cowper en 1779 (collection des Olney Hymns) sous le titre Faith's Review And Expectation.
John Newton, anglais de naissance, était membre de la Royal Navy et aurait participé à la traite des esclaves. En 1748, il survécut à une forte tempête en plein Atlantique et y vit un signe de la volonté divine. Il renonça au trafic d'esclaves, se maria puis devint pasteur en 1764.
Si on n'a pas conservé trace d'une éventuelle mélodie qui aurait été employée lors de la première présentation publique de ce texte, de nombreux airs ont par la suite été utilisés de part et d'autre de l'Atlantique. Ce n'est qu'en 1835 (ou encore 1847 pour la première édition dans le recueil de partitions « Southern Harmony »), sous l'impulsion de William Walker, que les paroles ont été accolées à l'air nommé New Britain : cette mélodie était elle-même inspirée par deux autres airs, Gallaher et St. Mary édités en 1829 par les américains Charles Spilman et Benjamin Shaw dans leur recueil Columbian Harmony. Quant à l'origine de ces deux derniers airs, mystère... (musique des Appalaches ou autre).

La mélodie actuelle a été adaptée pour cornemuse par le pipe band du Royal Scots Dragoon Guards en 1972.
De nombreuses versions chantées ont été enregistrées, souvent par de lumineuses voix féminines : j'ai choisi de vous faire entendre de splendides voix masculines.

PAROLES

À PROPOS

COMPLÉMENTS