Conçu et réalisé par Éric Mac Lewis
© ericdentinger.com
2008-2020

SOUNDCLOUD
YOUTUBE
CAP BADGE & SGIAN DUBH
I BIRN QUHIL I SE
MILITARY DOUBLET
JACOBITE

Kilt Pin
Sur le côté droit du kilt (face avant), l’épingle de kilt permet de maintenir en place le pan avant de notre philibeg. Comme d’autres accessoires, le kilt pin pourra être orné de la devise du clan (ici MacLeod Of Lewis).

Chemise et gilet style Jacobite
La chemise assez ample et bouffante, très semblable aux chemises médiévales, ainsi que le gilet s’inspirent de l’époque des révoltes jacobites. Le gilet, amplement décoré de boutons, ne se ferme pas.

Military Doublet
Avec cette veste, nous nous éloignons un peu du costume traditionnel écossais - bien que la  tradition ne soit pas un concept figé - pour intégrer une tenue militaire qui fait partie de l’habit moderne et qui rappelle que les Écossais, à l’instar des Bretons pour la France, ont largement contribué à la défense du Royaume-Uni; les régiments britanniques ont d'ailleurs permis une diffusion de la culture écossaise à travers la cornemuse en particulier en de nombreux points du globe.

Cap Badge et Motto (Devise)
Pour finir, voici un élément disposé sur les chapeaux (cap badge) et d'autres éléments du costume (sgian dubh, kilt pin) en tant qu’insigne pouvant désigner l’appartenance au clan : il reprend le design représentant le clan (MacLeod Of Lewis en ce qui me concerne), ici un soleil resplendissant orné de la devise (motto) « I Birn Quhil I Se » qu’on peut traduire par « I Burn While I See » (ndla- je brille tandis que je regarde).

KILT PIN
FLASHES
MY BROGUES
GHILLIE BROGUES

Brogues
Les chaussures (bròg -gaél.) : originaires d’Irlande et d’Écosse, ces chaussures étaient fabriquées en cuir non tanné (untanned hide); destinées à un usage extérieur et champêtre, elles comportaient parfois des perforations ou ouvertures permettant à l’eau de s’évacuer et de pouvoir ainsi marcher sans crainte - ou presque - dans la boue. Elles ont par la suite été intégrées au costume traditionnel afin d’être portées lors d'évènements solennels ou festifs.
Plusieurs styles coexistent : Oxford, Derby, Monk (sans lacets) et Ghillie. C’est ce dernier qui nous intéresse le plus car sans doute le plus proche d’une version historique avec de larges ouvertures pratiquées sur le coup de pied et un laçage effectué non pas sur la chaussure mais au-dessus du pied et sur la chaussette (ndla- hose) afin de préserver les lacets de la boue et de l’humidité.
Le terme ghillie vient du gaélique gille qui signifie jeune garçon : ces brogues sont cependant aussi utilisées par les danseuses traditionnelles écossaises ou irlandaises.
Le laçage est typique et codifié, composé de plusieurs tours exécutés autour de la jambe et se terminant par un nœud pratiqué sur le devant du tibia ou sur le côté; les extrémités des lacets sont ornées de tassels (ndla- glands ou pompons).
Dans les tenues du spectacle Scots Wha Hae, j’utilise un mix entre les styles Oxford et Ghillie avec des chaussures assurant stabilité et qualité de l’amorti durant de longues prestations. On y retrouve les éléments classiques (cf.image ci-dessus) : lacets, perforations sur le cuir et pompons.

Flashes (Garter flashes)
En remontant le long de la jambe, on parvient à un accessoire qui comme beaucoup d’autres éléments du costume rappelle le lien au clan : il s’agit d’un double ruban en tartan lui même fixé à un élastique dont la vocation est bien sûr de maintenir les chaussettes (hoses) bien en place. Là encore, deux écoles prévoient de positionner ces rubans soit dans l’alignement du tibia et du pied soit sur le côté extérieur de la jambe.

Autres composants du costume et accessoires